2 881 222 visites 18 visiteurs

Olivier, le petit gardien devenu grand !

6 avril 2017 - 17:13

L'ensemble du club de l'USSO reste groggy après la disparition de l'un de ses piliers. Le portier de l'US a tellement apporté à son club qu'il aimait plus que tout !

On dit traditionnellement d'un gardien de but qu'il est le dernier rempart d'une équipe. D'un geste, il peut faire basculer un match en faveur de ses couleurs. Ou en sa défaveur. A Saint - Omer, ce poste particulier, si important  à été tenu par de sacrés clients! Olivier Devos fait partie de ceux là! Arrivé sur la pointe des pieds en équipe première en 1987 (année de naissance de l'actuel portier de l'équipe fanion du club !) Olivier a gardé les cages durant 15 années! A peine soufflé sa dix-huitième bougie que le joueur natif d'Autingues intégrait l'équipe première placée sous la direction de Jacky Cybulski. Il en deviendra titulaire, la saison suivante, Ladislas Lozano lui faisant confiance à la suite de la blessure de Laurent Glachant. Une belle récompense pour ce "gamin" arrivé en 1981 au club en minimes en provenance d'Ardres.

Dans la vie, Olivier était plutôt calme. Il vivait encore il y a peu à Ardres dans une maison qu'il a entièrement retapée avec sa femme Sandrine et ses trois enfants, Pierre, Théo et Louise. Depuis c'est dans son village natal que ce gardien d'exception avait élu domicile.

Olivier était un homme occupé avec le football et le boulot, on peut dire qu'il avait réussi tout ce qu'il entreprenait. C'était un bricoleur hors pair ! En revanche, là où il n'aimait pas bricoler, c'était sur une pelouse ! L'ancien gardien de l'USSO était un compétiteur-né. "Je joue pour me faire plaisir et surtout pour gagner" avait-il lancé à un journaliste venu l'interviewer avant son 32ème de finale face à Cherbourg en 2001. 

Quand on lui parlait de l'épopée de 1992 auquel il participait à tout juste 23 ans, ce petit gardien (par la taille mais certainement pas par le talent), Olivier n'évoquait pas spécialement Monaco qu'il qualifia un jour de "rencontre de gala".

D'ailleurs ce soir là, il ne fit même pas la fête avec ses équipiers et partit au CM 33 exécuter sa nuit de garde. Son plus beau moment, c'est au tour précédent qu'il le vivra. Face à Troyes, futur champion de D3, Olivier détourna 2 penalty et qualifia son équipe pour les 1/8 de finale. Quand on lui parlait de cette rencontre, le portier de l'USSO en avait encore les frissons. Récemment, il livra même " C'était un vrai match avec de l'intensité et ce fut le plus difficile de notre parcours. J'en ai encore des images plein la tête avec ces supporters qui envahissent le terrain".

9 ans plus tard, Olivier retrouvera les joies d'un parcours en coupe de France après avoir éliminé Valenciennes, Senlis et Cherbourg, les Audomarois ne tomberont qu'en 1/16ème face à Grenoble.

Mais une chose caractérisait parfaitement le leader de l'USSO : L'état d'esprit ! Considéré comme un grand frère dans le vestiaire, Olivier était écouté et respecté. Nombreux ont été les "jeunnots" encadré avec fermeté mais gentillesse par Olive.

Le portier audomarois était d'une exigence extrême et tirait l'équipe vers le haut avec son leadership. Après une saison ou il fut l'un des rares à ne pas quitter le navire suite à la relégation en DH, il se blessait gravement, une fracture de la cheville qui allait fermer une parenthèse magnifique d'une carrière aboutie et mémorable.

Mais le terrain ne sera pas de côté pour autant, Olivier passe sur le banc de touche et devient adjoint de l'équipe première avant de s'occuper la saison suivante de la réserve en binôme avec son ami Eric Mantel. A eux deux, les coachs vont réaliser des miracles, permettant à la réserve de passer de la régionale à la DHR en 2008. Cette année là, il quittera le club et retournera jouer pour le plaisir avec les vétérans de Nordausques.

Théo vient perpétrer la tradition...

Puis Olivier retrouve les terrains du côté de l'USSO. Son fils Théo arrive à l'USSO. On a la sensation de retrouver Olivier 20 ans en arrière, ayant la même tête que son papa, il évolue cependant sur le terrain. Son papa se prend au jeu et passe pour la première fois de l'autre coté de la main courante. Durant de nombreuses années, il suivra les performances attentives de son fiston qui étrennera sa première cape en Coupe de France à Lestrem puis dans le derby à Arques avant de connaitre son baptême du feu en Division Honneur contre le Touquet le 26 novembre dernier devant son papa pas peu fier de voir évoluer son fiston 15 ans après lui en équipe fanion.

Et puis depuis ce 1er Avril Olivier s'en est allé, laissant un manque énorme dans le club ou il a tout connu... mais surtout tant donné! 

Comme dit si bien notre journal local l'Indépendant, "Après le grand Jacques, c'est Olive qui s'envole dans les airs"

Repose en paix Olivier, nul doute que de la haut tu nous réserves encore des parades dont toi seul à le secret...

Commentaires

MERCATO LIVE 2017 : LE POINT SUR LES TRANSFERTS À L'USSO

transfert.jpg

RUBRIQUE PACK FOOT 2017.

RUBRIQUE MC DONALD'S CUP 2017.